Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Comment ?

  • : Invitation au voyage
  • Invitation au voyage
  • : Blog d'un ancien voyageur installé à Valparaiso depuis 10 ans, au Chili, a voyagé aussi en Cargo. Résultat : textes en tout genre, carnet de voyage, photo, réflexions et même un peu de poésie dans ce monde de brutes.
  • Contact

POURQUOI ?

Ce BLOG,
pour partager
les émotions du voyage,
les envies d'ailleurs,

les besoins d'autre chose.
Vous offrir 
le désir de partir,
de voyager,
de vous sauver.

2016 est une belle année

ce BLOG renaît

ENFIN !!!!

Infotographidée de la semaine

 100 1144

Clic pour en savoir plus !

16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 00:45
Au moins, en juin 2010, je ne m'ennuierai pas.
Le fait d'avoir choici de vivre à Valparaiso au Chili,
fait que je serai au moins dans un des 32 pays qui disputeront
la prochaine Coupe du Monte de football organisée en Afrique du Sud.
J'aurai au moins un pays à soutenir
car le Chili qui a eu l'intelligence de faire appel, pour la premièe fois,
à un sélectionneur non -hilien (l'Argentin Marcel Bielsa)
qui a su donner du punch et de la discipline
à un très jeune groupe de surdoués.
Qualifié haut la main,
le Chili fête depuis une semaine son historique qualification.
Et la France ?
Le football francais aime à jouer les danseuses...
Mais faudrait songer à oter les chaussons pour mettres les crampons.
Comment l'équipe de France peut-elle être classée 10ème au classement Fifa,
et ne pas être capable de se qualifier dans un groupe de sous-pays footbalistiques ?
Faudrait arrêter aussi de prendre exemple sur le PSG...
Mais il est vrai aussi que la France n'est pas un pays de football,
comme peuvent l'être l'Argentine ou le Chili.
Il suffit pour s'en rendre compte de regarder n'importe quelle confrontation de championnat national
pour trouver toujoursd plus de jeu et d'engagement
que dans un Metz-Nantes ou un Lille-Marseille.
Regarder le championnat de Farnce est d'un chiant...
D'ailleurs les amateur de ballon rond ne s'y trompenet pas en s'abonnant aux offres du câble pour voir les championnat plus attrayant parce que plus spectaculaire comme l'Espagne ou l'Argentine.
Et le Chili alors ?
Ben le Chili se rêve grand.
Se rêve seulement ?
Ben, avec 16 millions d'hbitants, loin de tout,
planqué derrière le mur que représente la Cordillère des Andes,
au bord de l'immense Pacificque,
il n'a rien à perdre et tout à gagner,
et il sait savourer les bons résultats avec toute la démesure nécerssaire.
C'est pas tous les jours qu'on finit second juste derrière le Brésil.
Faut dire aussi que les joueurs chiliens ont la chance tous les ans,
de jouer le Brésil ou l'Argentine en match officiel.
Alors, nous verons bien en attendant les barrages que les Francais doivent subir.
Nous verroins bien si le rêve d'un ami ici se réalisera.
Il a rêvé que le Chili éliminait la France en Coupe du monde...
Vous y croyez vous ?
Repost 0
Published by Bertrand - dans Chili con carnet
commenter cet article
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 13:45

Comme chaque fois que le rythme se ralentit, que les retards s’accumulent, je me rends compte des thèmes mis de côté pour les aborder et que finalement je n’aborderai que superficiellement, dans une sorte de pot pourri.

Je me souviens de Cheb Mami condamner à 5 ans pour avoir forcé son ami à avorter parce qu’hier à la télévision chilienne j’ai vu l’histoire de cette femme dont le fœtus est mort et à quoi l’hôpital a dit qu’il ne ferait rien pour extraire le fœtus mort de son utérus estimant que le meilleur et de laisser le processus naturel créer une hémorragie.

Je me souviens de cette queue interminable au centre Georges Pompidou de Paris alors qu’il serait si simple de mettre des machines comme celles des péages autoroutiers qui lisent et encaissent les paiements de CB en un clin d’œil et que l’on pourrait installer dans tous les musées de Paris.

Je me souviens avoir croisé en France un convoi de camions transportant des morceaux d’une éolienne gigantesque et me suis ensuite posé la question du bilan carbone de la fabrication et du transport et de l’installation d’une telle éolienne en traversant le nord de l’Allemagne au immenses champs où ces éoliennes poussent comme des champignons.

Et puis voilà, le temps file et je n’ai le temps de ne rien développer sur ce blog,

bercé par le ronron des ascenseurs porteños... enfin, quand ils fonctionnent...
Alors ces thèmes sont bradés, tout comme sont bradés actuellement tous les thèmes politique au Chili, puisque à la fin de l’année ce sont les élections présidentielles.

Par le truchement de ces nouvelles élections, le Chili post dictature est en train de découvrir que s’il est une République, il tient encore, plus de 18 ans après la fin de la dictature Pinochet, davantage de la République oligarchique que démocratique.

Enfin les candidats parlent de changer la constitution (qui date de 1981) instaurée sous Pinochet.

Quand une voiture devient poussive, il est bon parfois de changer le moteur.

Il serait temps que le Chili change de Constitution.
Repost 0
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 18:03
L'art provoque des émotions pures,
pourvu que l'on laisse ses émotions et sa sensibilité outrepasser
les pressions sociales, familiales ou culturelles qui nous accablent.
Il est dans le monde des lieux où il est parfois difficile
de ne pas se laisser submerger par le beau et l'intense.
Les deux salles Goya du musée Prado à Madrid par exemple.
L'immense salle du Guernica de Picasso pour donner une autre exemple.
Au milieu de l''immense couloir du Louvre
où l'on peut s'assoir en face du radeau de la Méduse de Géricault.
La salle Matisse du musée Georges Pompidou de Paris.
Extrait d'une oeuvre de Beto Martinez

Accrocher des toiles sur un mur nécessite des clous, du fil et une échelle.
Peindre une toile nécessite une toile sur châssis, de la peinture à l'huile et des pinceaux.
Ecrire une livre se fait avec un stylo et du papier.
Un chanson se compose à l'aide d'une guitare.
Chatouiller la muse exite les sens et boulverse les repères.
Mais l'art et la culture, toujours,
seront plus importants que les guerres ou le sport.
Exposition de l'artiste Mauricio Ojeda dans la Galeria de Arte Bahia Utopica de Valparaiso

Créons tous des lieux où surgiront les émotions
et le monde n'en sera que plus doux.
Repost 0
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 01:10
Aujourd'hui, l'ensemble de l'Amérique latine est en deuil,
et même aphone,
car sa plus belle voix,
sa plus courageuse expression artistique est morte
et avec elle, c'est tout un pan de l'identité latine qui s'estompe.
Mercedes Sosa est morte
et les anges vont pouvoir désormais chanter avec elle.

 

Solo le pido a Dios
que el dolor no me sea indiferente
que la reseca muerte no me encuentre
vacía y sola sin haber hecho lo suficiente.

Solo le pido a Dios
que lo injusto no me sea indiferente
que no me abofeteen la otra mejilla
después que una garra me arañe la suerte.

Solo le pido a Dios
que la guerra no me sea indiferente
es un monstruo grande y pisa fuerte
toda la pobre inocencia de la gente.

Solo le pido a Dios
que el engaño no me sea indiferente
si un traidor puede más que unos cuantos
que esos cuantos no lo olviden fácilmente.

Solo le pido a Dios
que el futuro no me sea indiferente
desgraciado es el que tiene que marchar
para vivir una cultura diferente

Solo le pido a Dios
que la guerra no me sea indiferente
es un monstruo grande y pisa fuerte
toda la pobre inocencia de la gente.
Repost 0
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 15:50

L'art et la manière de mettre les pieds dans l'art,
avec talent ou audace,
courage ou naïveté,
force de conviction ou de persuasion...
Je ne vais pas vous en faire un tableau.
Il est écrit, ici :
http://www.lepetitjournal.com/content/view/47427/1221/
quelque chose d'approchant, dans un lyrisme qui n'aurait rien à envier aux meilleurs bonimenteurs des Halles,
et rien npn plus à jalouser aux plus menteurs des marins qui passaient par Valparaiso dans les siècles passés.

Repost 0
Published by Bertrand - dans Bahia Utopica
commenter cet article
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 14:26
Lors de ma dernière virée parisienne,
fut volé un carnet de croquis de Picasso au musée Picasso.
Hier, fut volé un Magrite au musée Magrite.
Le monde ne serait-il pas plus beau
si tous les voleurs du monde ne volaient que des oeuvres d'art ?
Repost 0
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 02:50
Si les Chiliens, comme les Chinois, mangeaient du chien,
le problème ne serait sans doute pas le même.
Que faire de 3 millions de chiens errants ?
Toutes les communes chiliennes sont confrontées au même problème.
Mais attention, tous les chiens que l'on peut voir vaguer dans les rues ne sont errants.
Nombreux sont les propriétaires de chiens qui les laissent aller où ils veulent,
pourvu qu'ils ne restent pas enfermer dans leur logement exigu.
A Valparaiso, beaucoup de chiens partout, dormant dans n'importe quel recoin,
aboyant après les taxis, crevant les poches poubelles sur les trottoirs,
chiant partout, sont aussi l'orgueil de ses habitants.
Nombreux sont ceux qui laissent un peu de nourriture devant leur porte,
pour ces chiens sans poils, sans race, sans force, sans hygiène.
Parler de les supprimer attire les foudres des plus radicaux qui soi-disant ne feraient pas de mal à une mouche
et qui disent que supprimer les chiens des rues c'est toucher au patrimoine mondial de l'Humanité, que les chiens sont partie prenante du payusage porteño... etc.
Ls communes plus maline ou plus riche, ont lancé des programme de stérilisation gratuite.
Oui, parce que les chiens de rues niquent aussi dans la rue.
Quelle vie de chien !
Et puis, i y a bien ces tentatives de les attraper et les mettre dans des chenils.
Mais combien ca coùterait à la société de construire et entretenir des chenils pour 3 miollions de chien ?
Dans une société où les ínégalités sont criantes,
ne faudrait-il pas mieux se préoccuper des gens qui dorment dans les rues plutôt que des chiens qui les réchauffet l'hiver en se collant à eus sur les trottoirs glacés et mal éclairés des nuits de solitude ?
Et qui viendrait crier au scandale si on décidáit de les exterminer, ces foutus clébards ?
N'a-t-on pas massacrer des miliers de bovins à cause de la suspicion d'ESB en Europe sous les yeux éberlués des Africains mourant de faim qui auraint préféré manger cette viande au risque (infiniement ridicule) de tomber malade ?
N'a-t-on pas massacrer des millions de volailles pour éviter la propagation de la grippe aviaire ?
N'a-t-on pas massacrer des milliers de baleine pour fabriquer du rouge à lèvre ?
Ne manque-t-il pas seulement une bonne idée pour massacrer du chien ?
La puce du chien ne transmet pas la peste ?
Le poil du chien n'est-il pas plus écologique que le coton ?
La viande de chien ne réduit pas les risques cardiovasculaires ?
La chasse au chien ne pourrait-il pas devenir à la mode comme la PLaystation ?
Mais mais mais... ils vous dérangent ces chiens ?
Ils aboient et ils chient, certes, mais ils sont aussi la vie, la joie des petits et des petits vieux,
ils sont là parce qu'ils ont toujours été là.
Et si l'on prend exemple sur les pays soi-disant les plus développés,
on a pas fini d'en chier avec les chiens...
Le premier lobbying n'est-il pas l'industrie milliardaire
de la bouffe pour chien ?
Non seulement, nous ne mangerons pas du chien,
mais il va nous en coûter de plus en plus cher de l'alimenter.
Peu importe les tonnes de merdes sur les trottoirs,
peu importe les puces et autres parasites qu'ils v´ñehiculent,
peu importe les dégats qu'isl occasionnent,
peu importe les victimes de morsure, de rage, de parasitose,
peu importe... pourvu qu'on ait la carte postale.
Ouaf ouaf !



Repost 0
Published by Bertrand - dans Chili con carnet
commenter cet article
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 16:04
A Valparaiso, on dit aux Etrangers désireux de rester :
"Si tu veux vivre au Chili, commence par tuer ton impatience".
Pour maintenir un Blog, il faut du temps, de la persévérance, les idées en ordre.
Pour vivre au Chili, il faut être milliardaire ou ne pas compter les heures.
Il est plus facile de vivre de son art à Valparaiso qu'en France,
parce que c'est une ville accueillante, inspiratrice,
parce que l'on peut y survivre avec trois francs six sous,
parce que les Gringos achètent parfois sans compter
n'importe quel bout de tissu barbouillé de couleurs vives.
Mais la vie privée à valparaiso est délicate,
parce que tout le monde vous le dira :
"ici tout se sait, ou tout finit toujours par se savoir".
Valparaiso fonctionne comme un gros village,
et si vous venez vous y installer vous ferez partie du paysage,
et vous participerez à la légende, aux mythes.
Parce que depuis toujours, Valparaiso s'est voulue impressionniste,
construite par petites touches de couleurs,
une ville que l'on regarde en reculant pour en apprécier la beauté,
un jeu de couleurs, d'impressions, de sensations,
une ville qui éblouie non par sa précision mais par son inspiration.
Un village de peintre.
L'art est persévérance, création obsédante, talent du travail,
loin de l'impatience, de la virtualité et du mensonge.
Vivre dans une peinture impressioniste représentant un village colorée,
c'est tout un art !
Repost 0
Published by Bertrand - dans Pourquoi Valparaiso
commenter cet article
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 19:36
SIM est mort !
Vive Sim !

PS : moi je l'ai vue sur scène, la baronne de la tronche en biais, et vous ?
Repost 0
Published by Bertrand - dans Autoportrait
commenter cet article
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 14:29
- Dis, papa...
- Oui mon fils ?
- Dis, c'est loin l'Europe ?
- Tais-toi.. et rêve !


Repost 0