Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Comment ?

  • : Invitation au voyage
  • Invitation au voyage
  • : Blog d'un ancien voyageur installé à Valparaiso depuis 10 ans, au Chili, a voyagé aussi en Cargo. Résultat : textes en tout genre, carnet de voyage, photo, réflexions et même un peu de poésie dans ce monde de brutes.
  • Contact

POURQUOI ?

Ce BLOG,
pour partager
les émotions du voyage,
les envies d'ailleurs,

les besoins d'autre chose.
Vous offrir 
le désir de partir,
de voyager,
de vous sauver.

2016 est une belle année

ce BLOG renaît

ENFIN !!!!

Infotographidée de la semaine

 100 1144

Clic pour en savoir plus !

28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 14:11

Finalement,

les voyages forment la jeunesse,

enrichissent,

renforcent les compétences,

offrent des souvenirs...

et confirment les dictons.

On ne trouve en effet pas grand chose

sous le sabot d'un cheval.

Même à Santiago du Chili,

même plaza de armas...

 

Repost 0
Published by Bertrand - dans Phrases à moudre
commenter cet article
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 14:04

Etre gentil et bon à l'école.

Avoir des parents qui sauront contourner la carte scolaire

et aller dans un bon collège,

antichambre d'un bon lycée

pour une bonne prépa ouvrant aux meilleures écoles

ou pour le moins aux bons diplômes

qui les sésames aux bons jobs, bien payés.

Trouver sa future femme durant les études ou au boulot,

ou au moins au mariage d'un ami.

Prendre un crédit pour la voiture,

l'appartement, les vacances et l'électroménager.

Avoir un chien et deux enfants.

Demander régulièrement une augmentation

pour acheter un peu plus de CD, DVD,

changer son portable, sa télé et ses pneus

les vacances des enfants à la neige.

Avoir un bon avocat pour gagner le divorce.

Avoir quelques actions, on ne sait jamais.

Donner à une ONG.

S'incrire sur les liste électorales de Trouville

"parce que tu as remarqué chérie,

toute les fois où on n'a pas pu y aller à cause d'élections ?"

Faire ses courses le dimanche

et acheter le dernier écran plat à la mode.

Râler aussi contre les impôts toujours trop élevés,

les Etrangers toujours trop nombreux,

les prix toujours trop élevés (surtout dans les stations de ski),

les fainéants qui vivent avec l'argent et le travail des autres,

le sélectionneur de l'équipe de France qui est un imbécile.

Demander à la beurette du Mac Do

de bien vouloir changer le cadeau du happymeal.

Montrer à son collègue pour le faire chier,

son dernier téléphone portable avec images porno intégrées.

Pester dans les embouteillages, dans les sattions service,

dans les rames bondées

et dans les trains trop froids qui ne s'arrêtent plus nulle part.

Courir tous ensemble,

dans la même direction,

tous habillés pareil,

et sans vraiment savoir pourquoi ?

Repost 0
Published by Bertrand - dans Sarkolandia
commenter cet article
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 14:37

Aujourd’hui, trop de thèmes à aborder.

D’abord cette vidéo d’un général péruvien faisant des blagues contre les Chiliens qui ont mis le feu dans les relations diplomatiques entre les deux pays qui s’aiment autant que la France et l’Allemagne.

Ensuite, le Teleton chilien qui nous gave de publicités et dont il faudra que je parle ici, parce qu’il ne faudrait surtout pas comparer le chilien avec le français.

Ici, le Teleton fonctionne comme une fondation qui gère des établissements et des programmes de santé pour combler les lacunes du service public sanitaire et notamment auprès des handicapés. Une fois pas an, une collecte est réalisée,

cela dure depuis 30 ans, mais c’est avant tout l’occasion de faire de la publicité à moindre coût pour tout les grandes maques qui « sponsorisent » en se donnant une belle image généreuse. Et on oublie que cette générosité collective est l’arbre qui cache la forêt des inégalités et de la santé privatisée et hors de portée de la grande majorité des Chiliens. Créée sous Pinochet, de même que les fonds de pensions, cette politique de dames patronnesses est à bannir… mais que faire ?

 

Et puis il y a aussi cet homme disparu depuis le coup d’état militaire de 1973 et qui reparaît aujourd’hui, raconte qu’il a fui en Argentine où il a fondé une autre famille sans jamais être revenu revoir sa première famille qui touche depuis la fin de la dictature une pension pour sa disparition à lui. A noter qu’il a même sa tombe dans un cimetière. Alors, ça réveille (enfin, non ça attise) de nouveau les rancoeurs enfouies sous des tonnes de non dit, de silence, d’omerta qui continuent au Chili de peser sur la vie sociale, économique et politique. Les Chiliens nostalgiques de Pinochet, ou simplement les anciens partisans, mais aussi ceux qui se sont enrichis durant la dictature ou bien ont seulement collaboré, ne veulent pas d’un réel inventaire. Le dictateur est mort sans être jugé et beaucoup voudraient que l’on oublie, que l’on efface. Mais on n’efface pas comme cela 17 ans de dictature, même après autant de temps d'une transition démocratique qui n'en finit plus de décevoir. Et chaque nouvelle histoire comme celle-ci réveille de suite les débats sans fin et sans vergogne. Les uns demandent en vain que justice soit rendu et que l’on condamne tous les anciens collaborateurs, les autres rappellent la victoire contre le communisme et le développement économique et dénonce sans honte ceux qui toucheraient des pensions indues octroyées aux victimes de la dictature.

 

Alors pour terminer et montrer que Sarkozy, malgré tout est encore loin d’une certaine droite chilienne (comme la UDI, drapeau politique sponsorisé par l’Opus Dei), juste raconter que depuis que la commune de Santiago centro est passé à droite avec un maire UDI, il n’y a plus de marchand ambulant dans le centre piétonnier, ni vendeurs à la sauvette de quoi que ce soit. C’est propre ! Il y a un peu partout des banderoles, des affiches et affichettes rappelant la lutte contre la délinquances, des appels à dénoncer tout contrevenant, à collaborer avec la police. Et Est distribué un trac qui dit : « Ils sont partout, mais nous veillons » par les Carabiñeros du Chili, et au verso, un mélange de statistique d’arrestation de la police et de sondage de satisfaction des habitant… Une bien bonne propagande policière qui manque encore, heureusement, à nos policiers Français. Et pour fêter cela, vient de passer au Chili le projet de loi qui autorise la mise en service d’un fichier ADN de 44000 personnes inculpées. Un fichier accessible de suite par n’importe quel policier… Tous fichés les Chiliens… Pour une population carcérale aussi nombreuse qu'en France avec quatre fois moins d'habitants ?

Il est incroyable que pour une pays qui, malgré tout, a une grande partie de sa population très pauvre, soit aussi encline à dépenser des millions pour protéger… surtout les riches : caméras de surveillance partout, une police nombreuse et suréquipée, des appareils pour lire les empreintes digitales dans les banques, un numéro d’identité que se partagent de nombreux fichiers hétérogènes : police, santé publique, organisme de crédit, banques, multitienda, etc.

Bienvenue au Chili !

 

En post-scriptum, je m’adresse aux partisans de Ségolène Royal.

Dites-moi, chers partisans, ne voyez vous pas que votre candidate est une perdante ? Elle n’a pas été capable de gagner contre Sarkozy et n’a même pas été capable de battre Martine Aubry. Aux USA, un tel profil la condamnerait à changer d’0bjetif et à faire une croix sur ses ambitions incroyablement arrogantes de se croire faite pour la Présidence. Alors, ne la comparez surtout pas à Obama, pas même à Hillary. Et qu'elle se contente (ce qui n'est pas négligeable, loin de là) de gérer avec talent sa région Poitou Charente.

Repost 0
Published by Bertrand - dans Sarkolandia
commenter cet article
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 15:41

Dans le doute, abstiens-toi ?

Sans doute ?

Peut-être ?

Forcément ?

Pas du tout ?

Quelque part, sur les murs de nos villes,

s'inscrivent par hasard,

les mots qui feront la culture de demain.

Les murs qui n'ont besoin si d'électricité, ni de wifi, ni de Microsoft

pour exister et nous parler.

Les murs qui, depuis les cavernes jusqu'aux tunnels sous la manche,

gardent les tracent de nos passages de pauvres lavres rampantes arrogantes.

Les murs que le libéralisme économique et les dictatures tentent en vain de privatiser,

de règlementer, de "protéger"...

Les murs avaient des oreilles,

avec l'essaimage de la video surveillance, ils ont aussi des yeux.

A nous tous de leur donner des idées... et les bonnes !

Dans le doute, écoute les murs !

Repost 0
Published by Bertrand - dans Phrases à moudre
commenter cet article
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 13:52

Être un francais au Chili

pourrait s'apparenter à un éléphant dans un zoo,

on veut tous le voir et puis c'est tout.

Être marchand d'art au Chili,

c'est un peu comme être Lapon en Algérie,

ca donne des sueurs chaudes et froide,

mais c'est tellement beau.

Monter des expositions de peintures ou de gravures

dans les lobby des hôtels de luxe de la capitale chilienne,

c'est un peu comme vouloir planter des fraisier en pleine jungle,

ca pousse vite et bien, les fruits sont délicieux,

mais quel travail de fou et quelle incongruité !

                                      Fragment d'une peinture d'Alvaro Miranda

Faire acte de présence (on dira "permanence") dans ces mêmes lobby

pour surveiller l'exposition afin qu'elle ne s'échappe pas

et attendre l'acheteur (comme on attend à la pêche au gros),

c'est aussi comme attendre l'oran-outang dans la jungle,

c'est long, les sons au début sympathiques devennent lancinant,

les insectes et autres petites bestioles insupportables...

Etre ailleurs, loin,

faire quelque chose qui n'existait pas,

favoriser la différence et l'anticonformisme,

mais avec sérieux et professionnalisme,

c'est aussi vouloir défricher un hectare au milieu de la jungle...

Ils sont fous ces Gaulois !

Repost 0
Published by Bertrand - dans Bahia Utopica
commenter cet article
23 novembre 2008 7 23 /11 /novembre /2008 13:51

Le dimanche, c'et sacré...

Hum, hum... c'est sacrément chiant...

rire...

Enfin.

Doit-on travailler le dimanche ?

Peut-on travailler le dimanche ?

Va-t-on travailler le dimanche ?

Veut-on travailler le dimanche ?

Moi, le dimanche... je bosse aussi.

Mais je ne vais pas m'en plaindre,

puisque c'est moi-même personnellement tout seul que je décide...

 

Le repos dominical ?

La messe ?

Le match de foot ?

La bière avec les copains ?

La journée crapuleuse au lit ?

La sortie à la campagne ?

La brocante ?

Que signifie aujourd'hui le dimanche pour les gens ?

Ici, à Santiago, le centre ville commercant se meurt, les rues sont animées par quelques feria artisanales

et les saltimbanques des rues...

Tous les autres, sont dans les malls,

les supermarchés géants avec galeries marchandes interminables

et fast food en pagaille...

Alors, le travail du dimanche ici...

c'est d'une banalité...

Et comme je continue de croire que, hélas,

les libéraux de tout poil veulent une France qui prenne modèle sur le Chili,

quand les Chiliens rêvent des avantages sociaux de la France...

La crise économique devrait être l'occasion de revoir nos représentations sociales,

le fonctionnement de nos sociétés

et ce que nous voulons comme vie.

Hélas, même au PS, ils n'ont rien compris.

 

 

Repost 0
Published by Bertrand - dans Chili con carnet
commenter cet article
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 17:18

Question :

Si Ségolène Royale avait gagné les élections présidentielles de 2007

avec 42 voix d'avance sur Nicolas Sarkozy,

aurait-elle accepté que l'on conteste les résultats ?

Pauvre Francois...

Brel avait pleuré Jaurés,

le voilà à présent assassiné...

et plus personne pour le chanter.

 

 

Repost 0
Published by Bertrand - dans Elections en France
commenter cet article
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 20:06

La vie a favorisé chez moi la réflexion.

Mais attention, trop de réflexion tue la réflexion.

En ce moment, par exemple,

après un mois sur Santiago du Chili,

Valparaiso ne me manque pas autant que je l'aurais cru.

Ca me laisse songeur.

Et si, en fin de compte,

Valparaiso n'était qu'un prétexte ?

Repost 0
19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 14:54
Si rien n'est tout blanc ou tout noir,
si Jean qui rit, pleure parfois
et que Jean qui pleure, rit plus souvent qu'à son tour,
pourquoi Hollywood continue-t-il de nous inonder de films manichéens ?
Pourquoi nombre d'acteurs politiques continuent-ils de nous faire la lecon ou la morale, et au nom de quoi ?
Pourquoi les églises, quelles qu'elles soient continuent leur prosélytisme discriminatoire ?
A quand un église ou Dieu sera une femme ?
A quand une politique humaniste dépourvue d'intérêt personnel ?
La nuance, la relativité, la tolérance et l'évolution
sont les quatre dimensions de le société humaine
dont l'Homme a le plus besoin pour ne pas mourir fou ou esclave.
La peur, l'ignorance et le mensonge en sont les pestes.
Et nous sommes, hélas, les propres rats vecteurs de notre propre peste.
Relisons Camus, y compris entre les lignes.
Repost 0
18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 14:19
Changer le monde !
Quelle prétention.
Et surtout quel risque !
J'ai toujours su mettre à profit mon imagination dans toutes les citations.
Et aujourd'hui, comme il n'y a pas de hasard,
je tombe sur l'excellent blog de Zgur, sur cette phrase :

L'imagination est utile pour se divertir, pour se distraire quand on est fatigué.
Et elle sert la société, à condition d'être bien organisée, dirigée et canalisée.
Sinon elle cause des troubles et elle est dangereuse.

 

in Vers l'équilibre, de John Saul - Payot (2003)


Vivre en société, c'est en accepter les règles, les lois, devoir et obligations.
Enfin, presque.
L'imagination nous apprend vite qu'il est possible de passer outre les lois, les règles et autres barrières.
Soit pour soi, soit pour le bien des autres.
Regardez cette photo,
faut-il suivre la femme au bout de la rue,
ou bien croire que sur la droite,
on devine une marche d'un escalier qui mène vers un ailleurs plus "intéressant" ?

Réponse dans la fin de la citation :

S'il en va ainsi : comment peut-on grimper sur un colline et se mettre à voler ? Il faut d'abord imaginer qu'on peut le faire.

                                                in Vers l'équilibre, de John Saul - Payot (2003)



J'avais un peu oublié (et donc négligé) depuis quelques temps
que ce Blog était un blog de voyage.
La frontière entre le voyage et l'imagination est plus mince que du papier à cigarette (qui donne un cancer sans imagination).
L'imagination atise le voyage et le voyage alimente l'imagination.
Et l'un comme l'autre sont considérés par certains grincheux,
comme des dangers...
Parce que la culture, la diversité, le metissage, l'altérité, le changement sont ds fruits de la rencontre des voayges et des imaginations de ceux qui n'ont jamais cru au danger de l'un ou de l'autre.

Repost 0
Published by Bertrand - dans Phrases à moudre
commenter cet article