Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Comment ?

  • : Invitation au voyage
  • Invitation au voyage
  • : Blog d'un ancien voyageur installé à Valparaiso depuis 10 ans, au Chili, a voyagé aussi en Cargo. Résultat : textes en tout genre, carnet de voyage, photo, réflexions et même un peu de poésie dans ce monde de brutes.
  • Contact

POURQUOI ?

Ce BLOG,
pour partager
les émotions du voyage,
les envies d'ailleurs,

les besoins d'autre chose.
Vous offrir 
le désir de partir,
de voyager,
de vous sauver.

2016 est une belle année

ce BLOG renaît

ENFIN !!!!

Infotographidée de la semaine

 100 1144

Clic pour en savoir plus !

30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 17:05

Souvent élue comme la huitième merveille du monde, lors de sondages abusifs,
l'île de Pâques suscita, suscite et suscitera toujours les interrogations, les rêves, les imaginations les plus folles, sachant que, depuis toujours, la réalité dépasse la fiction.

L'Ile de Pâques est chilienne !
Comme Arturo Vidal au Bayen de Munich,
comme Alexis Sanchez à l'Arsenal,
comme la plus grande partie du cuivre extrait de terre dans le monde,
comme deux prix Nobel de littérature,
comme les Moai de l'Ile de Paques,
tous chiliens !

 

Mais que fait ce Moai à Hambourg ?

Mais que fait ce Moai à Hambourg ?

Tous les Moai sont chiliens ?
Pas si sûr !

Celui de Londres ? Celui de Paris ?
Et celui de Hambourg ?

Un habitant de l'Ile de Rapa Nui (le vrai nom, le seul et unique),
disait que ces Moai disséminés dans le monde
étaient les meilleurs ambassadeurs de l'Ile.


 

 

 

Jeux : Qui est chilien sur la photo ?

Jeux : Qui est chilien sur la photo ?

Nous sommes tous les ambassadeurs de quelque part !
Comme un Moai à Hambourg !

Repost 0
Published by Bertrand
commenter cet article
26 décembre 2015 6 26 /12 /décembre /2015 23:45

Il faudra bien boucler sa valise avant que ne s'envole 2015.

Beaucoup de passagers ne prendront pas le train pour la prochaine année.

Les amis partis trop tôt, les jeunes du Bataclan, le vendeur de journaux du quartier.

"Aerolaton", peinture de l'artiste chilien Lobsang Durney

"Aerolaton", peinture de l'artiste chilien Lobsang Durney

En 2016, l'année de la chèvre fera place à l'année du singe.

En 2016, le football prendra la place de la politique en juin,

En 2016, on aura oublié 2015.

Mais qui a vu 2016 ?

 

 

Peinture de Sebastian Garreton

Peinture de Sebastian Garreton

En 2016, il y aura 29 jours en février.

Qui dit mieux ?

Repost 0
Published by Bertrand
commenter cet article
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 18:43

Oui, je sais, le titre est bien étonnant, entre un mauvais francais
et une mauvaise traduction, une certaine approximation qui dissonne...

J'avais songé à "Laisser le temps au temps", ou encore à "Avec le temps...",
mais je trouvé que ce n'était pas assez personnel.

Donc, tout commence par un lieu, une rue, une église.

 

 


 

 

Quel temps serons-nous ?

Il y a dix ans, j'arrivais dans ce quartier de Valparaiso.
Certes, l'endroit n'était déjà plus comme sur cete vieille carte postale,
mais pas tellement différent non plus.

Ce temps, dix ans, rapporté au temps mis par cette carte postale à m'attendre sagement dans une échoppe d'une ville galerie parisienne jusqu'à l'été dernier, voilà ce que je voudrais exprimer par "Quel temps serons-nous ?".

Car le temps n'est rien, ne fait rien, il passe et c'est tout.

Le temps n'use pas, c'est le vent, la pluie, le soleil ou la pollution qui usent.

Le temps ne détruit pas, ce sont les maladies ou les catastrophes naturelles,
comme les trop connus terromotos au Chili :


 


 

Valparaiso a connu plusieurs tremblements de terre destructeurs...

Valparaiso a connu plusieurs tremblements de terre destructeurs...

Et l'Homme reconstruit sur les ruines, comme il choisit de se moquer du temps.
Le temps de la construction, le temps du deuil, le temps de l'oubli, 
mais demain, quel temps serons-nous ?

Et la perspèctive s'étire, comme notre esprit relatif.
Einstein, au delà de son E=MC2, envisageait le temps comme un résultat
non come une force ou un acteur. "Alles ist relativ",
et le temps aussi, of course my dear !

 

 

Quel temps serons-nous ?

J'ai depuis parcouru beaucoup plus de temps en restant 10 ans au Chili,
que de distance en 10 ans à Paris.
Parce que la vie m'a enrichi tandis que mon temps s'échappait.

Quel temps serons-nous demain ?

 


 

Repost 0
Published by Bertrand
commenter cet article
13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 20:08

D'un côté, on fait la fête, on boit trop,
on abuse des bonnes choses
et on s'alimente d'illusions sous psychotropes,
puis on le paye cher les lendemains brumeux.

On a la tête dans le cul et malgré un bon café serré,
on sent que les neurones pédalent dans le yaourt,
et on sort des phrases connes, du genre :
"Les Bobo de droite de sont mobilisés contre nous"

ou encore on peste contre la céphalée avec des
"Ce soir c'est le mensonge et la malhonnêteté qui l'ont emporté".

 

La politique est un western perpétuel

La politique est un western perpétuel

De l'autre côté du fleuve, la peur régnait en maître.

L'ignorance s'alimente de l'arrogance et de la paresse.

J'écrivais ici-même la veille du second tour :
" Mais la douleur ressentie après les attentats du 13 novembre, et après la nausée des résultats du premier tour des Régionales, je sens un peu d'espoir que le second tour de ces régionales sera meilleur."

Inutile d'être un expert en analyse politique pour se rendre compte que les mathématique et les règles de comptage de voix démocratique ne favorise par le FN dont le nombre d'électeur est limité. C'est difficile de mobiliser davantage de voix que ses adversaires au second tour d'une élection à deux tour, même dans le cas de triangulaire.

Il n'empêche, on a tous ces jours-ci la gueule de bois,
car ces dernier temps on a beaucoup, et surtout beaucoup de mauvais alcools.


 

 

Gueule de bois

Et cette gueule de bois généralisée,
on va avoir du mal à s'en défaire,
vu que la dépendance à la boisson est bien installée,
vu que la déprime et la peur nous mange
et que la boisson les enrobe de rêves et d'illusions,
vu que personne n'est là pour soigner le mal à la racine,
vu que personne ne veut proposer autre chose,
vu que si l'on y regarde au plus près,

ceux qui décident ou ont le pouvoir, s'en foutent !

 

Post scriptum : les deux dessins illustrant cet article sont de l'artiste chilien -basé à Buenos Aires- Luis (Beto) Martinez, et sont tirés de l'adaptation graphique du roman de l'écrivain chilien Manuel Rojas "Hijo de ladron", éditée par ocholibros.  

Repost 0
Published by Bertrand
commenter cet article
13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 13:59

Tandis que l'Argentine rebascule à droite avec l'élection de Macri à la présidentielle,
poussant provisoirement le kirchénisme hors du pouvoir central ; tandis que le Vénézuela rebascule à droite après le résultat des élections législatives qui ont vu Maduro, l'héritier maudit de Chavez, se faire laminer ; tandis que la transition cubaine vers le plus cru des libéralisme continue son pas de tortue en attendant que meure Fidel ; tandis que le Brésil redécouvre la cruelle réalité de la pauvreté après avoir dansé tout l'été croyant pouvoir venir jouer dans la cour des grands déguisé en nouveau riche ; tandis que le Chili continue de croire qu'il suffit de vendre des cailloux et du sable (cuivre, or, platine, lithium et j'en passe) et d'être un pays minier pour se croire riche et développé, membre de l'OCDE et à l'abri de la crise...

La vieille Europe, elle, bouge un seul orteil.

 

 

L'économie n'est pas en crise, l'économie est la crise !

L'économie n'est pas en crise, l'économie est la crise !

L'Amérique est sauvage, fantasque, nerveuse, électrique.

Construite en cinq siècles de bagarres, de conquêtes, d'évangélisations, de massacre et autres génocides, dans le sang et les larmes, avec la bénedictions de tous les papes, pour l'enrichissement et le développement industriel de l'Europe, c'est un cimetière à ciel ouvert que les superstitions maquille en paradis pour tous.

L'Europe a fait de l'Amérique son champ de bataille, son terrain de jeu, son laboratoire, son arrière cour, sa salle de torture, son champ de ruine. Ce qui luio a permis de s'enrichir à moindre frais, de grossir à en devenir obèse et léthargique, grosse et repue, suffisante et arrogante. La goute la guette !

 

Sauve la planète, fais-toi végétarien !

Sauve la planète, fais-toi végétarien !

Et naquîrent les USA...

Et ils vêcurent longtemps, heureux
et eurent beaucoup, beaucoup, beaucoup... de guerres à venir !

Repost 0
Published by Bertrand
commenter cet article
13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 00:33

Je ne voulais plus écrire, je ne voulais pas écrire, je n'allais pas écrire, je n'ai pas écrit.

Donc j'écrirai.

Il y a dix ans je quittais la France, entre raz-le-bol et fuite en avant.

Il y a dix ans je quittais Paris, après dix années belles et heureuses,
mais terriblement frustrantes et décevantes.

Il y a dix ans, je sentais déjà les effluves malsaines remonter depuis les années 30,
et quand je le mentionnais, on me disait que j'exagérais.

Mais ceux qui exagéraient déjà, il y a dix, en mettant des flics partout, en foutant la trouille à tout le monde, en ratissant large sur les terres moisies de parti extrêmistes,
en traitant les drogués de délinquants plutôt que de malades et les pauvres d'inutiles plutôt que de victimes du sytème... Ceux-là, sont toujours là, et de plus en plus là, sur la place, avec le sourire pour les caméras condéscendantes.

J'ai vomis quelques temps, j'ai souvent râlé et j'ai foutu le camp.



 

Rien n'est gratuit dans ce monde, tout se paye !

Rien n'est gratuit dans ce monde, tout se paye !

Certes, j'ai aussi parfois el sentiment d'avoir jeté l'éponge,
d'avoir abandonné les amis, égoïstement.

Mais la douleur ressentie après les attentats du 13 novembre,
et après la nausée des résultats du premier tour des Régionales,
je sens un peu d'espoir que le second tour de ces régionales
sera meilleur.

Je le souhaite.

Je l'espère.

Dix ans, c'est long, mais on n'oublie pas.
 

Quel Graffiti !!!!!! (trouvé il ya plusieurs années)

Quel Graffiti !!!!!! (trouvé il ya plusieurs années)

La France (et Paris), avec l'accord signé de la COP21 montre que c'est encore un grand pays avec lequel il faut compter.

Ne pas oublier Paris, ne pas oublier la France.

 

Repost 0
Published by Bertrand
commenter cet article
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 20:31

Parfois, on ne parvient pas á mettre les mots,
et souvent on trouve ces mots dans la bouche des autres,
mais tellement mieux ecrits...
J'ai, sur ce blog, de nombreuses fois fait reference au philosophe Bernard Stiegler,
un fois encore je lui tire mon chapeau pour cet article sur le site du monde.fr :

http://www.lemonde.fr/emploi/article/2015/11/19/bernard-stiegler-ce-n-est-qu-en-projetant-un-veritable-avenir-qu-on-pourra-combattre-daech_4813660_1698637.html

Merci Bernard !

Repost 0
Published by Bertrand
commenter cet article
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 11:59

De mes études scientifiques, je conserve deux phrases :

- rien ne se créée, rien ne se perd, tout se transforme ;

- le principe que toute action entraîne une réaction.

Dans le cas des attentats terroristes qui se sont déroulés sur Paris en ce vendredi 13,
rien ne s'est créé puisque ce ne sont pas les premiers attentats de ce genre, rien ne s'est perdu puisque l'amour pour Paris dans le monde en sort renforcée, mais tout s'est transformé car Paris sera (presque) toujours Paris, puisque c'est la guerre !

Toute action entraîne une réaction, ce que cherchent les terroristes,
sauf qu'il s'agit de riposter selon ce que l'on est,
pas ce que la peur, la rage, la tristesse ou l'envie de vengeance nous dicte.

Continuer de lutter contre l'expansion de Daesh en Syrie va de soi.

Continuer de se retrouver sur les terrasses des cafés est une nécessité.

Poursuivre la défense de la laïcité, des Droits de l'Homme selon la Déclaration universelle, du droit des femmes, de la liberté de culte, sexuelle, d'opinion, est un devoir.

Ecouter, aimer et partager avec son voisin devient une nécessité.

Se parler, échanger, et ne pas chercher le pourquoi sinon le comment.

Comment en est-on arrivé là.

Sortir de ses bulles sociale type Facebook, et regarde le monde dans son entier, sans craindre de découvrir les injustices qui y règnent en maître, sans craindre de découvrir les misères, les guerres non dites, les violations perpétuelles qui s'y déroulent.

Osons dire que le G20 est obsène de richesses bien mal acquises ;
que le COP21 arrive trop tard à cause de la main mise capitaliste sur l'intérêt sous-évalué de la condition humaine ; que de nombreux des pays sont tenus par des pseudodictateurs corrompus qui affament ou esclavagisent avec élégance ses populations, ce qui permet à d'autres de s'enrichir sans vergogne.

Le monde est en plein déséquilibre, et la France, depuis plus de deux siècles tente de réprésenter la voix de la liberté, de la révolution pour des jours meilleurs, des bienfaits des Droits de l'Homme, de l'éducation pour tous, de l'enrichissement par la culture, la mixité et la tolérance, par l'importance de la laïcité, etc. Et une fois encore, elle en paye le coût.

La liberté ou le goût pour la différence coûte toujours plus cher que de rester dans le rang de l'obéissance silencieuse et servile. Ce n'est pas pour rien que la Marseillaise est aussi féroce et cruelle, "qu'un sang impur abreuve nos sillons".

Car la France est le fruit d'invasions barbares successives sur des terres fertiles qui ont engendré une nation multiculturelle survivante aux bains de sangs, guerres, famines, épidémies, religions obscurantistes, invasions, révolutions et terrorismes.

Et c'est pour toutes ces raisons, que le monde entier (ou presque) aime et admire la France en général, et sa capitale Paris en particulier.

 

 

 

 

 

Paris, on t'aime ! Delacroix et la première Femen !!!

Paris, on t'aime ! Delacroix et la première Femen !!!

Repost 0
Published by Bertrand
commenter cet article
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 23:49

J'avoue que je ne sais pas.

Cela ne me plaît guère de le reconnaître.

Je ne sais pas comment accepter la réalité de l'horreur gratuitement déversée à Paris en ce vendredi 13 de malheur.

Je ne sais pas quoi répondre quand un Chilien me demande comment ou pourquoi.

Je ne sais pas comment intervenir quand j'entends des opinions erronés ou exagérés, parce que je ne sais pas comment expliquer, argumenter ou dénoncer les erreurs d'interprétations-

Je pourrais dire, lisez ceci :

http://www.courrierinternational.com/article/enquete-ce-que-veut-vraiment-letat-islamique

Je pourrais ajoutais, lisez cela :

http://www.nytimes.com/2015/11/17/opinion/les-attentats-a-paris-revelent-les-limites-de-daesh.html?_r=0

Lire et savoir comment on en est arrivé là, certes ca aide.

Mais moi, je continue de ne pas trop savoir comment je dois continuer de penser le monde, parce que c'est cela que ce terrorisme cherche à tuer, notre culture, notre mode de vie, notre vision laïque et tolérante vis-à-vis de l'autre.

Mais comment croire en l'autre quand il vient dézinguer sans raison apparente ou acceptable.

Je ne sais pas,

pas encore.

 

 

Repost 0
Published by Bertrand
commenter cet article
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 13:48

Je suis l'homme qui a fui.

Non, je suis l'homme qui s'est sauvé.

Non, je suis l'homme qui n'a pas voulu poursuivre.

Ou plutôt celui qui aurait pu, mais qui n'y a pas cru.

J'ai été bourgeois, gascon, parisien, voyageur, expert.

Et aujourd'hui, le Parisien qui est en moi et en deuil,
victime à distance de la perversité de l'obscurantisme.

Diable, qu'il est difficile et douloureux de croire en l'humanité
au lendemain des attaques sur Paris.

Marco, récemment et prématurément décédé d'un impitoyable cancer
disait que Paris était plein de Noirs. Il me faisait enrager.
Mais je l'aimais trop pour ne pas en rire.
Il ne saura pas, il ne saura jamais,
combien je pleure sa mort et celle des victimes de Paris.

La mort joue avec nos vies,
hasta cuando ?

Hasta siempre amigo !

Repost 0
Published by Bertrand
commenter cet article