Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Invitation au voyage

Importants mouvements étudiants au Chili

5 Août 2011 , Rédigé par Bertrand Publié dans #Chili con carnet

[Attention, seconde version de ce texte corrigé deux jours après]

 

Aujourd'hui, et après deux mois de mouvements sociaux,

la contestation étudiante prend de l'ampleur au Chili,

parce que le gouvernement en place ne parvient pas

à répondre de facon satisfaisante aux nouvelles demandes des étudiants

et scolaires en grèves, en occupations de collèges, parfois même en grève de la faim.

Les marches de protestations se poursuivaient régulièrement et de facon plutôt pacifiste (à l'exception des habituels casseurs et profiteurs),

mais pour la première fois aujourd'hui,

le maire de la capitale Santiago (ami politique du gouvernement) 

et le gouvernement avaient interdit tout rassemblement,

et évidemment, les incidents se sont multipliés puisque les étudiants avaient prévu de manifester et veulent défendre le droit de manifester.

Les images à la télévision (largement progouvernementale ou de droite populiste) montrent une forte répression très disproportionnée par rapport a l'attitude des étudiants et à leur demande des plus légitimes.

Le Chili possède un système éducationnel très largement discriminatoire, injuste, cher pour le revenu moyen chilien et aux mains du secteur privés qui fait du bizness avec l'éducation.

Non seulement le système éducationel est cher et élitiste et discriminatoire,

mais il est en plus d'un très mauvais niveau, ce qui signifie que le coût hallucinant de mettre un enfant à étudier ne se justifie par rien. Et le Chili est en train de construire un futur bien médiocre pour sa population.

Cet ultralibéralisme, mis en place durant la dictature de Pinochet (lire ou relire l'excellent "Stratégie du choc" de Naomie Klein) mais hélas poursuivi et perfectionné durant 20 ans par les gouvernements (soi-disant) de transistion post régime militaire, pourrit le système de telle facon qu'aujourd'hui un étudiant s'endette à des taux usurier pour 20 ans à étudier 5 ans pour avoir un diplôme mauvais qui, parfois, ne lui servira même pas à avoir un travail qui lui permettra de rembourser sa dette.

Grâce à la globalisation, à la mondalisation, à Internet, aux échanges internationnaux et à l'intelligence de la jeunesse, le système arrive enfin à bout de course, plus personne n'en veut, du moins, les jeunes, ceux qui se rendent compte qu'ils n'ont plus rien à perdre puisque la société qui s'offre à eux et un pur couloir de l'endettement à vie... pour rien.

 

Le mouvement étudiant est légitime, courageux, hélas trop naïf encore et sans doute pas assez radical, mais nous sommes au Chili, c'est à dire dans un pays où l'éducation est si mauvaise que même les manifestations manquent de compétences.

 

Et en face, la répression policière, elle, a de l'expérience et de la compétences coercitive. Le manque d'éducation et de culture favorise toujours davantage la répression policière comme réponse "adéquate" que la négociation ou le dialogue.

 

Le président Piñera, actuellement en poste, enregistre dans les sondages chiliens, la pire évaluation pour un président depuis le régime militaire.

Les mouvements sociaux touchent également le secteur minier (mais les media n'en parlent pas trop pour des raisons politiques), le secteur bancaire, le secteur de la pêche artisanale, mais également se poursuivent les conflits plus profonds et sérieux comme celui du peuple Mapuche dont les droits indigènes ne sont toujours pas reconnus comme il devrait par un pays qui, dans ce cas précis, est en délicatesse avec l'ONU.

 

La constitution en vigueur au Chili, héritée du régime militaire, est un poison lent que vingt ans de transition démocratrique n'ont pas éradiqué pour faute de courage politique de la part de cette coalition (la Concertación) au pouvoir, jusqu'à l'élection de Sebastian Piñera, premier président de droite depuis la fin du régime militaire.

 

Ca sent la révolution au Chili et l'attitude obtuse et tétue du gouvernement (récemment remanié pour laisser de côté les experts et professionnels pour mettre des politiques politiciens au pouvoir) ne favorise que la radicalisation des mouvements contestataires.

 

Le Chili aurait un PIB de 15 000 dollar par personne, hélas, la très grande majorité des Chiliens n'y croient pas parce qu'ils sont dans un niveau de pauvreté ou d'injustice sociale bien loin de ce que ces 15 000 dollars devraient produire si le Chili était réellement une république démocratique.

 

Aidez le Chili !

De quelque forme que ce soit, aidez la jeunesse chilienne à changer le pays.

Aidez-les à terminer avec les discriminations sociales, avec cette constitution injuste, avec l'aveuglement de croire que le passé est le passé et qu'il est inutile de parler de la dictature passée.

Le Chili a besoin de changer, maintenant.

Aidons-le à changer.

 

Pour ceux qui lisent l'espagnol, sur le site d'El Pais :

http://www.elpais.com/articulo/internacional/Estudiantes/chilenos/desafian/Gobierno/salen/calle/protestar/elpepuint/20110804elpepuint_9/Tes 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

foromer 09/08/2011 00:28



  Ah oui j'avais oublié de le préciser, moi même je suis scandalisé par les violences policières, quand je disais qu'il renforce le mouvement, c'est parce ces violences discritisent
totalement le gouvernement. D'ailleurs plus il y a de violences, plus le gouvernement baisse dans les opinions favorables. Si le gouvernement est un minimum responsable il doit répondre aux
attentes des étudiants dans les plus brefs délais.



Bertrand 10/08/2011 18:34



@foromer
D'accord avec vous, d'autant qu'aujourd'hui même, le gouvernement vient de dire qu'il ne répondrait pas à une nouvelle proposition des étudiants. Ca se radicalise fortement...



foromer 09/08/2011 00:25



 Je m'excuse pour le ton un peu direct, je ne l'avais pas compris comme cela. Je suis quasiment certain que ces étudiants arriveront à leur fin, n'oublions que que cette année est l'année du
lapin de metal blanc dans l'horoscope chinois, donc les évènements qui se produisent cette année auront une grande importance. Plus sérieusement je pense que les étudiants s'y prennent très bien,
ils ont mis l'opinion publique de leur côté, leur manifestations sont originales et créatives, pacifiques, et ne répondent pas par la violence aux agressions commises par les policiers.
D'ailleurs cette répression policière renforce d'autant plus le mouvement et met Piñera en plus grande difficulté.


 


   Tu n'étais peut-être pas au courant, mais dans les années 60 les étudiants mexicains ont manifesté et bloqué les facs pendant 9 mois, et finalement ils ont obtenu une grande réforme
de leur système éducatif.


 


   Sinon pour la pénurie de main d'oeuvre elle s'explique bien sûr par des problème dans l'éducation, mais aussi cette pénurie de main d'oeuvre témoigne d'une certaine vitalité de
l'économie chilienne qui génère des emplois qualifiés. Normalement la pénurie de main d'oeuvre est normale sur le cours terme et doit normalement permettre l'élévation des salaires par le jeu de
l'offre et de la demande (sauf que l'immigration risque de tirer les salaires vers le bas). Si cette pénurie se maintient sur le moyen terme il y aura un problème.


 


   Par contre ce qui me scandalise, c'est qu'il n'y a presque pas un mot dans la presse française sur ces évènement au Chili.


 


  Bye!



Bertrand 10/08/2011 18:33



@foromer
Ok pas de problème.
A mon sens le problème principal du Chili est que les gens au pouvoir et qui ont l'économie dans leur main ne veulent pas changer le système, parce qu'il n'en n'ont pas besoin et donc pas envie.
L'erreur, est de ne pas se rendre compte que ces évolutions sont indispensables.
Le Chili avait montré l'exemple dans les années 70 et ils l'ont payé très cher et le paye encore très cher.



foromer 07/08/2011 23:31



  J'aimerais rajouter quelque chose à propos de l'aide que vous proposeriez aux étudiants chiliens. Les étudiants chiliens qui manifestent font leur révolution, les aider serait en quelque
sorte leur voler leur révolution. De plus les aider reviendrait à imposer notre vision des choses qui n'est pas forcément la meilleure. Laissons les faire comme ils le veulent.



Bertrand 08/08/2011 17:00



@foromer
Je crois sincèrement que vous vous mérprenez sur mes intentions en appelant à aider le Chili (ou plutôt les Chiliens).
Aider est pour moi une forme naturelle d'assitance, de quelque forme que ce soit.
Ce discours qui consiiste à dire que ceux qui sont dans la merde doivent apprendre à s'en sortir tout seul faute de quoi l'expérience ne vaudrait pas la peine me laisse dubitatif.
A la fin du dix-huitième siècle, la France est allée aider les (futurs) Áméricains à gagner leur iondépendance et au cours du vingtième siècle, ces Américains sont venus deux fois nous aider à
nous libérer de l'emprise allemande.
Aider peut signifier aussi défendre, appuyer, fournir des argumentations, des exemples, communiquer, raconter, témoigner.
Et ma première idée était de faire en sorte que la police cesse de matraquer aussi gratuitement ces étudiants qui manifestent a priori pacifiquement.
J'aime beaucoup votre "Laissons les faire comme ils le veulent" car il marque clairement le niveau de votre intéret dans ce mouvement. Il ya ceux qui regardent et compte les points et il y a les
autres.



foromer 07/08/2011 20:25



 Egalement, au Chili l'éducation n'est pas si mauvaise, c'est un universitaire qui parle. Pas mal d'universités sont reconnues, font de la bonne recherche. Le problème vient de deux choses,
qui doivent être changées:


  La première ceux sont les universités privées qui ne sont là que pour gagner de l'argent, celles-ci ne proposent que des filières littéraires sans débouchers car c'est ce qui coûte le
moins cher.


 


  Les étudiants devraient privilégier les formations techniques (il y a une pénurie de tecniciens) qui sont accessibles aussi bien au niveau des conditions d'accés que du prix, et offrent
plus de débouchers du fait de la pénurie de techniciens. Là il y a clairement un manque d'information dans les lycées.


 


  Mais le gros problème éducatif du Chili reste sans aucun doute le financement, demander aux familles de financer l'éducation à hauteur de 80% c'est de la folie.



Bertrand 08/08/2011 16:40



@foromer
Si je dis que l'éducation est mauvaise, c'est dans un premier temps parce que mes amis professeurs me le disent, qu'ensuite je l'observe auprès des jeunes chiliens que je cotoie et enfin parce
que l'afflux de jeunes etrnagers sur un marché du travail qui nécessite des compétences s'accroit.
Il me faudrait davantage qu'une réponse à votre commentaire pour décrire les aspect négatifs de l'éducation chilienne : bas niveau des professeurs, bourses discriminatoires, discriminations de
l'acès aux collèges lycées et université, manque de matériels, coûts exorbitants pour un niveau non justifié, etc.
Parce que l'éducation reste avant tout au Chili un marché, un négoce, un bizness, une activité lucrative, la préoccupation première n'y est pas le contenue, la qualité ou l'accessibilite, mais la
rentabilité, le coût et les bénéfices.



Foromer 07/08/2011 19:43



"


Le mouvement étudiant est légitime, courageux, hélas trop naïf encore et sans doute pas assez radical, mais nous sommes au
Chili, c'est à dire dans un pays où l'éducation est si mauvaise que même les manifestations manquent de compétences."


    C'est injuste envers les manifestants de dire ça, je n'ai jamais vu de ma vie de manifestations tant créatives et tant originales. Vous préferrez peut-être les manifestations à
la française où on casse tout et brulons 10 mille voitures?


   Sinon de quel droit vous vous permettez de dire que le Chili a besoin d'aide, il commence à y en avoir marre de cet impérialisme occidental, le Chili fait sa révolution comme on l'a
faite en mai 68, et nous autres français nous n'avons pas à nous en méler. Vous pensez que le fait de venir d'un pays plus avancé socialement et économiquement vous donne le droit de juger ces
étudiants? Et de juger le pays dans son ensemble?


   Que diriez-vous si un chilien parlait en ces termes de la France?



Bertrand 08/08/2011 16:31



Forormer


Merci pour votre apport commenté et argumenté.
Contrairement à vous, je pense que lorsqu'une population aspire à quelque chose de meilleur, mais que les cisconstances ne lui permettent pas de l'obtenir, il est bon de songer à l'assister.
Pensons à la Lybie, à la Yougoslavie, à Haïti, au Japon. L'aide n'est jamais mauvaise si elle n'est pas guidée pas la cupidité ou le calcul.
Je ne me mêle pas du Chili, j'y vis.
Je ne suis pas impérialiste ni interventionniste, mais l'époque actuelle, au travers de la communication sociale a fait que de nombreuses populations ont pu montrer au monde leurs souhait
d'unemeilleure vie : les indignés en Espagne, les Tunisiens, syriens, algñeriens, marocains.
POur terminer, j'aime beaucoup quand je rencontre un Chilien qui se préoccupe de savoir pourquoi les jeunes brûleent les voitures en France et me demande le comment de ces agissement, s'intéresse
à mes réponses pour apporter son point de vue extéireur et neutre sur la situation.